La Pacification des Religions

Si la religion était une fin en soi, aucune d’entre elles ne prévoirait une délivrance finale qui surpassera toute pratique dogmatique. Alors pourquoi se faire la guerre au nom de notre religion?

Chaque religion se calque sur la précédente et célèbre des fêtes similaires, plus ou moins dans les mêmes périodes de l’année. Pourquoi ne sont elles pas franchement différentes les unes des autres sur la forme?

imgres-1

A l’évidence nous nous disputons un récit unique, alors pourquoi se faire la guerre plutôt que rechercher notre vérité commune? Pour être le premier ou le plus fort? Pour gagner une suprématie illusoire? Pour avoir simplement raison? N’est ce pas une attitude d’enfants gâtés ou d’hommes orgueilleux?

Nous aurions pu rester sans évolution, sans patrimoine spirituel, ni scientifique. Nous aurions pu rester une espèce primitive sans empathie, livrée à elle-même dans une nature hostile.

Nous n’honorons pas notre source créatrice, nous la blasphémons par l’exercice de notre égo. Les hommes s’inquiètent de l’étendue de leurs conquêtes et se fichent au fond de la vérité qui les tient dans le creux de sa main.

Toutes les promesses de nos « sages » devraient forger des religions altruistes et ouvertes à l’autre. Elles devraient nous amener vers l’harmonie et la plénitude collective et non sélective. Elles devraient nous faire triompher par l’éducation et non par les dogmes. Hors, aucune aujourd’hui ne peut se targuer d’englober son prochain, tous ses prochains. Souvent présent dans leur discours, en quoi le démontrent-elles réellement dans leurs actes?

Si une religion interprète la vérité, alors elle doit partager son savoir et non la rendre exclusive, extrême ni prosélyte.

WorldReligions

La rivalité des religions devraient être à la limite, une compétition vers le bien, à celle qui nous emmènera tous vers l’épanouissement de notre espèce.

Le Judaïsme est venu au temps où l’organisation de la cité et la conscience humaine nécessitaient une nouvelle codification comportementale, une distribution structurée des rôles sociaux et une orientation vers l’espoir que porte la vie. Le Judaïsme est par nature, une religion non prosélyte, elle ne l’a jamais été et elle ne le sera jamais.

La religion Catholique a pour sa part, un point remarquable celui d’avoir effacé des textes des évangiles appelant à la haine. Ils présentaient certes un racisme avancé, mais tout de même! Quelle religion a eu le courage et l’humilité de changer ne serait-ce qu’un mot de ses textes au profit général?

L’Islam, aujourd’hui présente une interrogation vive et sanglante, celle de renier les fondamentalismes de façon publique et notoire. Il me semble évident qu’un pas vers la pacification des religions (et donc du monde) passe aujourd’hui par la modération des versets qui génèrent des compréhensions erronées de ses textes. La sagesse appelle les musulmans à suivre nos amis chrétiens et prendre leurs responsabilités vis à vis de leurs prochains sans omettre d’appliquer la volonté des textes sacrés mais en gommant ou reformulant certains mots si l’intérêt général le nécessite.

L’humanité ne peut accepter un précepte qui s’oppose à la vie et ne peut plus longtemps rester sous le joug de dogmes aux invectives séparatistes de quelque religion que ce soit. L’homme a en lui, cette nature, ce respect de ce que compose les chemins de sa mémoire, il triomphera par son affect et la réalité primitive de son instinct à s’adapter et s’unir face au défi.

images

Pacifier les religions reviendrait à créer une passerelle de discussion, d’acceptation de l’autre, lui montrer avec foi et fierté, son exemple, sa version, dans une humilité majestueuse et bienveillante. Pacifier les religions serait maîtriser le pourquoi elles existent pour l’homme et pourquoi chacune prévoit de s’effacer discrètement derrière une bouleversante évolution humaine, une compréhension d’une autre vitesse, d’une autre ère. Un homme nouveau naîtra, il sera celui qui saura.


Even Moshia